Zoé photographe dans le Var

Zoé  photographe dans le Var

viticulture


Rencontre avec Rina dans les vignes du Var

Buttage de la vigne Var avec un cheval. blog .jpg     

 

Rina est une belle Auxoise blonde qui laboure les champs de vigne dans le Var avec son patron Guillaume Guiroux. Labourer n’est pas le terme exact. Il s’agit plutôt de butter les pieds de vigne en début d’hiver. 

 

-Rina et Guillaume.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comment s’organise le travail avec la jument

Guillaume encourage la jument du geste et de la parole pour qu’elle se mettre tout près du rang. Rina reconnaît droite et gauche (contrairement à moi dyslexique de directions, à qui on a expliqué très jeune que la droite c’est le côté de la main qui écrit, dommage pour une gauchère…) et le soc passe très proche des pieds de vigne, les recouvrant de terre au passage, soc guidé d’une main experte par Guillaume. La terre est meuble et rend le travail plus agréable. La première année de buttage au cheval est de loin la plus difficile car la terre est très tassée et compacte.

Rina est pleine d’enthousiasme. Après avoir été brossée soigneusement,  après que ses sabots aient été nettoyés de la terre qui colle et des pierres qui peuvent la gêner dans sa marche, car elle n’est pas ferrée, et après un bon petit déjeuner, elle est prête. Longtemps immobilisée pour un problème de ligament sur la patte arrière, la jument Auxoise ne travaillera que quelques longueurs de champ, mais avec ardeur et prendra une poignée d’herbe en passant au bout du rang.

 

Nous sommes le 15 décembre 2016 au Domaine du Clos d’Alari, à St Antonin-du-Var.

D’autres vignerons, le Domaine Fagone à Flayosc et le domaine Gavaisson  à Lorgues, le Château Barbeyrolles à Gassin, situés dans le Var, tous en Côtes de Provence, font appel également au service de l’équipe homme-cheval « Trait de caractère » de Lorgues, pour le buttage des vignes comme précaution hivernale. Les records de température minimale autour de Le-Luc-en-Provence (Var) sont déjà de moins 9°C en novembre et décembre 2016, la moyenne de températures minimales étant autour de 2°C. Mais les minimales sont souvent encore plus basses en janvier et février.

 

Les domaines viticoles du Var qui utilisent ces méthodes ont un grand souci de prendre soin de la terre qu’ils cultivent pour élaborer leurs cuvées chaque année, de préserver les sols et ainsi le terroir varois, tout en obtenant un travail soigné pour leurs vignes et quelques tas de fumier frais, qu’ils soient en agriculture biologique ou non. C’est cadeau. 

 

 

******************

 

Merci pour vos premiers commentaires ! 

 


Capture d’écran 2016-12-21 à 16.33.39.png


21/12/2016
8 Poster un commentaire

Dans les vignes avec Vodka

                          Vodka broute.jpg

 

 

                                                                                                                                 

 

 

 Vodka et Guillaume.jpgEh non ! Je ne parle pas de la boisson, mais de la collègue de Rina, une superbe jument de trait Auxoise elle aussi, mais brune.

Vodka n’a rien à envier à Rina pour la beauté. Elle part au travail du buttage des vignes avec peut-être un peu moins d’entrain, mais elle travaille plus en ce moment à cause de « l’arrêt maladie » de Rina. 

Il y a quelque chose de très doux en elle. On peut sentir l’affection qui la lie à son maître même si cela ne l’empêche pas de faire la sourde oreille aux instructions d’avancer quand un besoin naturel se fait sentir …

Le travail se poursuit toutefois avec régularité, rang après rang, et vite Vodka fume de toute son corps, à cause de l’effort qu’elle produit. Car le cheval est l'un des rares animaux qui, comme nous, a la faculté de transpirer. Elle aussi prendra au bout de la rangée de vignes un mini snack d’herbe craquante de givre. Guillaume s’adapte aux besoins de ses chevaux avec bonne humeur tout en les encourageant au travail. Je me régale à les voir ensemble.

 

 

 

 

 

 

 

 

 Vodka.jpgLes hommes et les femmes qui pratiquent la traction animale permettent de sauvegarder les races de chevaux de trait, mais aussi le travail artisanal du matériel (le harnachement, les outils attelés) et la belle relation entre les hommes et leurs chevaux. Ils sont conscients de l’effet favorable de leur action sur le milieu naturel et les espèces.

 

 Le buttage des vignes qui est pratiqué ici dans des domaines viticoles varois, a d’autres effets bénéfiques en plus de la protection des vignes contre le froid hivernal du Haut Var. La réduction des adventices en est un. L’adventice est un terme d’agronomie qui désigne une plante qui s’invite dans les cultures sans y avoir été intentionnellement placée, en d’autres termes de la mauvaise herbe. Le travail du sol détruit les parties aériennes des adventices, fragmente et expose à l'air leurs racines. Retirée manuellement, l’adventice n’est donc pas supprimée par des herbicides chimiques. Le sol ne s’en trouve que mieux … et les  sillons creusés le long des pieds de vignes facilitent également une bonne évacuation de l’eau en période de fortes pluies.

 

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

Verre de rosé Côtes de Provence.jpgVoilà la terre qui nous nourrit, en l’occurrence ici qui nous abreuve, grâce au travail des viticulteurs varois, de délicieux rosés en Côtes de Provence, ces vins que nous sommes nombreux à déguster l’été et qui sont une part incontournable des plaisirs que nous offre la Provence.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je suis partie à regret de ce champ de vigne à Saint-Antonin-du-Var, les genoux pleins de boue et les doigts gelés, mais heureuse de ma récolte personnelle de belles images, reconnaissante de ce moment précieux passé avec ces magnifiques juments de "Trait de Caractère", et du privilège de vivre dans le Haut Var, un coin de la planète où l’harmonie règne encore entre la terre, les plantes, les animaux et l’homme. 

 


23/12/2016
4 Poster un commentaire

Mirabeau en Provence

J’ai rencontré Jeany et Stephen Cronk dans un champ de safran un matin d’automne tôt. Quel bonheur c’était d’être là dans la lumière dorée de la colline à ramasser le safran. Mais ça c’est une autre histoire…

 

bouchons Mirabeau.jpgInvitée à Mirabeau, qui se trouve 5 cours Gambetta à Cotignac, dans le Haut Var, le "course" comme on dit ici, je suis accueillie chaleureusement. Une petite dégustation se prépare : les joies de la Provence, et de ses côtes.

 

Ce nom Mirabeau en Provence a été choisi en référence au fameux cours Mirabeau d’Aix-en-Provence, (Mirabeau, de son nom de naissance Honoré Gabriel Riquet, comte de Mirabeau n.1749 +1791, de la noblesse provençale qui a eu une vie mouvementée dans cette période historique violente.  Il est choisi comme député du Tiers Etat pour Aix et Marseille, alors qu'il est noble et rejeté par ses pairs. En 1790 il combat la traite des noirs au nom de la déclaration des droits de l’homme qui stipule

Art. 1 « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits »).

 

 

 

 

Sophie Papazian Cotignac.jpg

 Aix-en-Provence donc, où la famille Cronk songeait à s’établir, mais finalement c’est Cotignac qui l’a emporté. Ce village du Haut Var, collé à son rocher, est connu pour ses nombreux estrangers qui, comme moi, une fois arrivés au village ont souhaité y rester.  Sophie Papazian, céramiste de Cotignac, ses oeuvres sont en vente à la boutique de Mirabeau, ainsi que notre ami Jean qui cultive le safran cotignacéen que nous avons récolté en partie et qui est disponible aussi à Mirabeau.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mirabeau médailles côtes de Provence.jpg 

D'après ce que j'ai compris, la SARL Mirabeau est un négoce en vins, activité qui exige beaucoup de diplomatie sans doute. Pas de viticulture, ni de vendanges, il s’agit de négocier les meilleures cuves auprès des vignerons, ici de la Sainte Victoire. Ensuite bien plus tard grâce au talent de l’oenologue, les assemblages se feront, pour réaliser des rosés très agréables et dont deux déjà sont médaillés au Concours Agricole 2017. Bravo à toute l'équipe. (Sur la photo médaille reçue en 2016)

 

 

 

 

 

 

 

 

bouteille rayures.jpg

 

 

 

De ces 2 médaillées 2017, la cuvée Pure est ma préférée, je lui ai trouvé un délicat nez d’agrumes, une grande fraicheur de chair blanche comme la pêche de vignes, ces pêches plates qu’on trouve ici, juteuses et sucrées, une bonne longueur en bouche, acidulée. Bref, le genre de rosé qui n’a pas le temps de réchauffer un soir d’été avec des amis. Santé !

L’abus d’alcool est mauvais pour elle quand même. Et rentrez à pied.

 

L'Etoile venait juste d'être mis en bouteille et n'avait pas encore développé toutes ses saveurs, quand je suis allée voir Jeany il y a un mois. Ce qui veut dire que je dois retourner à Mirabeau pour la déguster à nouveau ... Quelle vie !

 

 

 Vin Mirabeau Cotignac.jpg

 

Mirabeau a produit 500 000 bouteilles l’année dernière, et prévoit une augmentation de la production en 2017, du côtes de Provence rosé principalement, avec l’aide de leur œnologue Nathalie Longefay que j’ai eu le plaisir de côtoyer lors de mes années au Château Miraval mais ça c’est une autre histoire.

 

 

PS  J’aime bien leur sens de l’humour… Oscar est chef de la sécurité, et pas trop stressé !                                 Oscar at Mirabeau wines.jpg

 

A bientôt !


04/03/2017
3 Poster un commentaire